Grâce à la venue du ministre Pascal Smet dans nos bureaux ce jeudi, le journal l’Avenir s’intéresse à Kowo. Un article qui prouve une fois de plus l’intérêt du covoiturage et la pertinence de notre produit. On compte sur vous pour partager !

Dès septembre, des avantages fiscaux si vous covoiturez avec Kowo

3-screens-and-coffeeUne nouvelle app mobile centrée sur le covoiturage va être lancée en septembre. Kowo veut se concentrer sur les trajets quotidiens, parent pauvre du secteur. La défiscalisation pourrait inciter les usagers et les entreprises à se lancer.

Avec le soutien du ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet, la société Kowo a annoncé jeudi en fin d’après-midi, dans les bureaux du studio à start-up Barefoot à Ixelles, le lancement en septembre de son application de covoiturage à destination des entreprises, dans le cadre de la semaine de mobilité.

Partant du constat que le covoiturage est aujourd’hui couramment utilisé pour les voyages non réguliers contrairement aux trajets quotidiens entre le travail et le domicile, Kowo a choisi d’investir dans ce marché. Les entreprises pourront acheter des packs, qui vont de 100.000 à 2,5 millions de kilomètres. Pour le plus petit pack, le prix par kilomètre s’élève à 9,5 cents. Axa s’est déjà engagée.

L’application se chargera de mettre en relation conducteurs et passagers de manière optimale selon les critères entrés. Les usagers bénéficieront d’une défiscalisation pour le covoiturage et les conducteurs seront également défrayés par leur entreprise. Pour contrer la réticence liée à la perte en flexibilité, une assurance a été souscrite auprès du groupe Axa afin de fournir gratuitement un taxi en cas de problème, comme une urgence familiale, un accident, une panne ou un retard notable.

Une bande pour le covoiturage?

Le ministre régional de la Mobilité estime que Bruxelles est depuis trop longtemps une ville pour les voitures. «La raison principale des embouteillages à Bruxelles, ce sont les navetteurs: 400.000 arrivent chaque jour à Bruxelles dont 235.000 seuls dans leurs voitures. Dans les 10 ans à venir, on va investir 5,2 milliards d’euros dans les transports en commun, mais si un quart de ceux qui viennent aujourd’hui seuls dans leur voiture font du covoiturage, demain on n’a plus d’embouteillage», estime Pascal Smet.

Ce dernier a évoqué des pistes comme réserver une bande de circulation pour le covoiturage ou faire payer un droit d’entrée à ceux qui viennent seuls à Bruxelles.

Source: http://www.lavenir.net/cnt/dmf20160708_00851455/des-septembre-des-avantages-fiscaux-si-vous-covoiturez-avec-kowo